Après la « dissolution » du Gouvernement : Le Général Doumbouya à la croisée des chemins (par Abdoulaye Condé)

La martiale décision du Président de la Transition Guinéenne, le Général Mamadi Doumbouya de faire exécuter par le CNRD, le gouvernement Goumou, le 20 février rappelant rappelant étrangement l’action du 05 septembre 2021 quand, à la surprise générale, un certain Commandant des Forces Spéciales a fait irruption au Palais SEKHOUTOUREYAH capturer le Président Alpha Condé et annoncer la prise du pouvoir par l’armée, a été plutôt bien accueillie par l’opinion qui l’interprète comme un énième départ vers l’espoir rarement sinon jamais atteint. Mais, si le temps du rêve a une espérance de vie égale à la durée d’une nuit de sommeil, celui de la survie de l’enthousiasme suscité par le Décret, lui, sera fonction de la logique suite que mérite cette discreditante forme de limogeage collectif du Gouvernement.

De la physionomie du prochain Gouvernement dépendent l’image, la crédibilité et la possibilité d’une nouvelle adhésion des populations au Président Mamadi Doumbouya plus que jamais à la croisée des chemins.

Le Président de la Transition, le Général Mamadi en faisant diffuser, en plein JOUR, le Décret de renvoi de son Gouvernement avec des mesures aussi conservatoires qu’humiliantes que « le gèle des comptes bancaires, le retrait des véhicules de fonctions, la restitution des documents de voyages, la démobilisation de la garde etc. » a tenu à partager son ras le bol avec une population tout aussi exaspérée mais malheureusement impuissante face à l’arrogante course à l’enrichissement des cadres promus dans des fonctions étatiques pas seulement ministérielles mais à tous les niveaux administratifs de gestion financière.

Au delà du dégoût Présidentiel que manifeste le Décret à l’égard du Gouvernement « dissout », les mesures dites conservatoires et à effets immédiats appliquées à l’ensemble des membres du Gouvernement « dissout » annoncent clairement l’intention et la volonté du Président de la Transition, le Général Mamadi Doumbouya et du CNRD d’engager sinon une procédure judiciaire avec des chefs d’accusation expressément formulés mais une inspection ou un audit systématique sur la gestion des uns et des autres 7depuis le 05 septembre 2021.

En effet, aussi loin que les observateurs et historiens interrogent ou remontent l’histoire sociopolitique de la Guinée, jamais un Gouvernement de ce pays, depuis 1958, n’a été solennellement et publiquement ainsi dénoncé et mis en cause par son propre Président qui l’a constitué.

Au temps du Responsable Suprême de la Révolution et du Parti-Etat, le principe de nomination au Gouvernement pour un cadre passait par le statut de membre du Comité central après avoir gravi les échelons structurés depuis la base. Exceptés les motifs liés au décès, à l’arrestation, il est pratiquement impossible de citer un ministre limogé pour mauvaise gestion des biens publics ou pour comportements liés à des mœurs indignes de la haute fonction.

Il est vrai que sous le régime du Général Lansana, arrivé au Pouvoir le 03 avril 1984, la Guinée a enregistré quelques bouleversements gouvernementaux :

  • Le 18 décembre 1984, quand il a décidé de « couper les branches pourries » de son gouvernement en renvoyant beaucoup de militaires dans les casernes, en supprimant le poste de Premier ministre, Chef du Gouvernement occupé par le Colonel Diarra Traoré rétrogradé au rang de ministre d’état, statut dans lequel sont élevés ses anciens ministres non moins rivaux sinon farouches adversaires qu’étaient les Capitaines Facinet Touré, Jean Traoré et Mamadou Baldé.
  • Le 22 décembre 1985, il a limogé ses amis militaires et constitué un Gouvernement de civils pour appliquer son discours programme axé sur le libéralisme économique avec la création d’une nouvelle monnaie en l’occurrence le franc Guinéen en remplacement du Syli, la privatisation des sociétés et banques d’état.
  • Juillet 1996, suite à la mutinerie militaire des 2 et 3 février qui ont ébranlé le régime, la restauration du poste de premier ministre avec la nomination de Sidya Touré et la formation d’un gouvernement de technocrates chargés de normaliser les relations avec les institutions monétaires internationales et les bailleurs de fonds, d’assainir les finances publiques et de relancer l’économie éprouvée par des années de mauvaise gouvernance, vols, détournements, corruptions endémiques.
  • Mars 2007, nomination de Lansana Kouyaté dans les fonctions de Premier ministre, Chef du Gouvernement et mise en place d’un Gouvernement dit de Consensus sous la pression du mouvement social de janvier février.
    À l’analyse, on constate que ces 4 grands bouleversements gouvernementaux enregistrés sous le régime du Président Lansana Conté l’ont été pour des motifs liés au contexte de chaque moment et n’ont jamais fait l’objet d’une quelconque action contre un ministre.

Premier Président Guinéen à jeter le discrédit sur tout un gouvernement en fonction avec des mesures draconiennes contre chacun d’entre eux, le Général Mamadi Doumbouya a certainement des raisons d’agir ainsi.

À partir de là, l’opinion nationale et internationale observent le Président Mamadi Doumbouya dans la suite qu’il donnera au scandale que son Décret met sur la place publique. L’arbre ne devant ou ne pouvant pas cacher la forêt, ce scandale est une suffisante raison et un sérieux motif pour le Président Mamadi Doumbouya, assermenté de faire de la moralisation de la vie publique, la priorité des priorités, d’engager un inventaire général au sein de l’administration, de déclencher une vaste et profonde opération de contrôle pour démanteler les différents réseaux de prédateurs nichés dans tous les secteurs financiers de l’administration.

Les populations Guinéennes, qui végètent dans la misère et broient le noir, approuvent le limogeage collectif et les premières mesures prises, et attendent également du Chef de l’Etat les sanctions appropriées contre le gouvernement Goumou et de tous les gestionnaires à différents niveaux qu’ils rendent responsables du crime du mal vivre national actuel avec les détournements, la gabegie, la corruption généralisés.

S’il est évident, avec le limogeage spectaculaire et les mesures conservatoires prises contre l’ancien Premier ministre Goumou et Cie du Gouvernement, que la bonne foi du Président de la Transition qui a fait jurer tous ces déchus avant la prise de fonction, ne saurait être attaquée, beaucoup estiment que peu parmi les cadres promus sont aussi croyants aux vertus ou aux POUVOIRS prêtés au SAINT CORAN et à la BIBLE que le Général Mamadi Doumbouya.

Même si certains membres du Gouvernement pourraient être dans les sentiments du Président de la Transition, pour la crédibilité personnelle du Général Mamadi Doumbouya, la logique impose que lui qui tient à l’équité, qui a promis de faire de la Justice le sacerdoce de sa Gouvernance, que tous les ministres limogés, dans l’intérêt des intéressés, soient d’abord logés à la même enseigne, traités de la même manière jusqu’à preuve du contraire pour les uns ou les autres.

Dans le contexte de suspicion générale créée par la dissolution du Gouvernement et les mesures drastiques prises, rien ne pourrait expliquer encore moins justifier l’extraction ou la soustraction de qui que ce soit aussi puissant soit-il ou réputé proche de tel ou tel pour être nommé dans le futur Gouvernement annoncé. Pour éviter de ternir l’image personnelle et d’Etat du Président Mamadi Doumbouya sur la scène nationale et internationale, aucune dérogation ne devrait être envisagée avant que la lumière soit faite sur la gestion individuelle et personnelle de chaque ministre.

Nul ne devrait démentir l’engagement solennel et public du Président Mamadi Doumbouya quand il a promis aux Guinéens d’instaurer :  » un État aux serviteurs dont la probité et l’exemplarité seront sans faille. Chacun sera désormais responsable de ses actes. Il lui sera demandé de rendre des comptes. ».
Le temps de rendre Compte est arrivé pour le Premier ministre, Bernard Goumou et ses ministres.

Pour le futur Gouvernement, le Président Mamadi Doumbouya à la croisée des chemins

Le CNRD, principalement le ministre secrétaire général, le Général Amara Camara, le directeur de cabinet, Djiba Diakité, le conseiller personnel, Ousmane Doumbouya, le conseiller Abdoulaye Diallo cités comme ses proches, devraient l’aider à trouver non seulement à ne céder à aucun favoritisme parmi les anciens membres du Gouvernement mais aussi et surtout à trouver non pas des théoriciens de l’enfumage aux CV tronqués, des touristes qui vont à Washington qui font le tour du monde pour venir parler de croissance perceptible ni dans le panier de la ménagère ni dans les infrastructures routières, sanitaires, sportifs ou administratifs, mais des cadres compétents, expérimentés et pragmatiques capables d’anticiper les mouvements sociaux comme la grève générale illimitée déclenchée ce lundi 26 février par les syndicats, capables, comme en Côte d’Ivoire, au Sénégal et ailleurs, de doter la Guinée d’hôpitaux modernes dans la capitale et à l’intérieur du pays susceptibles de réduire la fréquence des évacuations sanitaires de l’Etat et privées, de restaurer les aéroports modernes à Conakry et à l’intérieur du pays, de lancer une compagnie aérienne nationale fiable, de construire des stades omnisports aux standards internationaux, de bonnes routes urbaines et interurbaines. Bref, capables, dans différents domaines, d’apporter des solutions concrètes et palpables aux carences qui gangrènent l’inacceptable retard de la Guinée.

Par Abdoulaye Condé, journaliste émérite

Leave A Reply

Your email address will not be published.