Appel à la Justice pour Marie Louise Wilkinson, victime des agissements irresponsables de Charles Wright

Une affaire aussi scandaleuse que choquante secoue actuellement les fondements mêmes de notre système judiciaire. Marie Louise Wilkinson, une citoyenne ordinaire, se retrouve injustement derrière les barreaux après avoir osé réclamer les droits légitimes de son enfant. Ce triste épisode met en lumière les abus de pouvoir et l’impunité qui règnent au sein même du Ministère de la Justice.

Le 15 février 2024 restera gravé dans la mémoire de Marie Louise Wilkinson. Ce jour-là, accompagnée de son fils âgé de cinq ans, elle s’est courageusement rendue au Ministère de la Justice et des Droits de l’Homme pour réclamer la reconnaissance de son enfant, fruit d’une relation extra-conjugale avec le Garde des Sceaux, Alphonse Charles Wright. Mais au lieu d’être accueillie avec compassion et considération, elle a été brutalement arrêtée par les gardes du corps du ministre et jetée en prison, sur ordre de celui-là même qu’elle considère comme le père de son enfant.

L’ironie de la situation ne saurait échapper à quiconque : le Ministre de la Justice, chargé de veiller au respect des droits fondamentaux et à l’équité devant la loi, est lui-même accusé d’avoir bafoué les droits les plus élémentaires d’une citoyenne innocente.

Marie Louise Wilkinson, avant son arrestation, a courageusement partagé son histoire, dans l’espoir de faire entendre sa voix et de réclamer justice pour son fils.

Depuis cinq ans, elle se bat dans l’ombre, confrontée à des difficultés insurmontables pour élever son enfant, un des fils du Ministre, l’infidèle Alphonse Charles Wright (ici en tee-shirt où c’est écrit « moins de stress, plus de sexe).

L’avocat de Marie Louise, Maître Aboubacar Sidiki Camara, a été informé de l’arrestation de sa cliente et a tenté en vain de la défendre. Malgré ses efforts, le Ministre Charles Wright a refusé toute libération, invoquant des accusations de harcèlement et d’injure à son encontre.

Nous lançons un appel urgent à la justice pour que la lumière soit faite sur cette affaire et que Marie Louise Wilkinson retrouve ses droits. Il est intolérable qu’une femme soit emprisonnée pour avoir simplement réclamé les droits de son enfant. Le respect de la loi doit prévaloir, même au plus haut niveau de l’État.

Par Sambégou Diallo

Leave A Reply

Your email address will not be published.